Témoignage de bénévoles (1)

A l'occasion de la journée mondiale de bénévolat, nous avons demandé à quelques personnes ayant déjà fait du bénévolat de nous faire part d'un témoignage sur leur expérience avec le volontariat. Comment ils sont venus dans ce monde? Pourquoi? ... Nous commençons par ce témoignage de Mejdi.

"Salut à tous, je me présente Mejdi, j'ai 28ans, j'ai grandi à Bab Saâdoun, je pense que j'était un peu révolté contre le système, oui un peu anti-social,.. Enfin, j'ai découvert à un certain moment la vie du jeune volontaire.

Au debut ça a commencé par bénévole-pompier, puis bénévole à l'Association des Amis de l'institut National de Protection de l'Enfance, puis lutte contre le sida, ensuite bénévole pendant les jeux méditerranéens. Enfin association tunisienne d'ergotherapie. Je pense que ces années sont gravé dans mon coeur. Maintenant je vis à Nice, marié mais toujours actif, d'une autre façon: action internationale, surtout en Afrique Centrale.

je pense que le benevolat est difficile en tunisie, il faut vraiment être motivé et investir surtout financièrement, car sans argent on ne peut meme pas se déplacer: c'est pour ça que j'étais heureux quand j'ai eu ma carte d'abonnement de bus et métro, et j'avais pas d'argent pour faire samedi dimanche et jour
férié.

J'ai l'impression qu'en Tunisie l'esprit bénévolat manque beaucoup, et c'est bien domage. Car je pense que c'est une façon de gradir dans la societe et construire une société moderne, je ne supporte pas de rester dans un cafe sans rien faire, mais que faire en Tunisie? pour la jeunesse à part les stades, les cafes, et quelques clubs de sport pas trop payant? Je pense que le faite de me sentir responsable m'a permis de mieux voir ce que je veux faire à l'avenir. Il y a besoin interne en moi qui me pousse à allez vers l'autre. j'existe car ils sont là, je partage, je donne et je reçois, ça me permet de me connaitre en connaissant les autres.

Je pense que la vie est assez fragile, et qu'un jour, tout peut basculer, et je pourrai me retrouver dans l'autre place, ou situation. Il ne faut pas croire qu'on est supérieur à quelque chose ou aux autres. Non c'est faux.

J'aimerai rester humble, j'apprends toujours des autres et je partage mes connaissances. Je pense, malgré tout, que l'action de bénévole telle qu'elle est, est comme une goute d'eau dans un océan, et c'est domage! C'est pour ça que la lutte est quotidienne. L'être humain et tellement égoïste, que je n'espère rien de ces sociétés. Malgré tout, je garde le moral et je ne pense pas que je vais changer le monde , ni que le benevolat fera quelque chose.

Il faut faire en sorte de créer une société de bénévoles ou que le ministère intègre dans les écoles et lycées parler de l'environnement, de la culture de la santé, de la vie et de la mort au petit enfant, c'est l'unique moyen d'évoluer."

Si vous aussi vous avez fait du bénévolat, vous pouvez nous envoyer votre témoignage par mail unite2vie@gmail.com et on le publiera sur le blog.

1 commentaire:

Mohamed Ali a dit…

J'ai connu Mejdi lors de les débuts dans l'humanitaire. Je me rappelle bien qu'on a eu beaucoup de discussion sur le bénévolat ..